Saint Pie V, pape († 1572)

C’est précisément l’Église réorganisée par le concile de Trente que le pape saint Pie V réussit à promouvoir au cours d’une activité sans faille au service de la foi. En effet Michel Ghislieri – jusque-là professeur, maître des novices et prieur, inquisiteur provincial à Côme et à Bergame -, entre dans la grande machine ecclésiastique romaine comme Commissaire général de l’Inquisition en 1551. Son protecteur, le cardinal Carafa devenu Paul IV, le nomme en 1556 évêque de Nepi et Sutri, puis de Mondovi, tout en le faisant Inquisiteur général de la chrétienté.

Il devient cardinal en 1557. Nicole Lemaître, sa récente biographe, montre qu’il commence à modifier l’image sociale du cardinalat. Jusqu’alors, dans un État temporel comme celui du Pape, les cardinaux restaient des princes. ” Religieux mendiant, sans famille brillante […] il pouvait se permettre de faire de sa vie un modèle. ” Il limite ses dépenses à l’extrême, aux dépens peut-être du mécénat qui était alors attendu des gens de sa sorte.

Le cardinal Ghislieri connaît des années un peu plus difficiles sous le pontificat de Pie IV qui réussit à terminer le concile de Trente à la fin de 1563. Deux ans après, il lui succède après une élection unanime. Pie V va alors s’employer à mettre en oeuvre les décisions du concile de Trente qui, comme celles de Latran V l’ayant précédé un demi-siècle, auraient pu rester lettre morte. On lui doit la promulgation du Catéchisme tridentin et surtout une refonte de la liturgie par le bréviaire et le missel. La ” messe de saint Pie V ” veut certes unifier la célébration eucharistique, en reconnaissant des rites légitimes, et la fixer, mais certainement pas d’une manière intemporelle.

Le pape Pie V est un des grands artisans de la Réforme catholique par la purification des moeurs, à la Curie, dans la ville de Rome et les États pontificaux. Il a voulu en donner l’exemple par une vie pieuse, sainte et désintéressée, ce qui l’a amené à renoncer à tous les avantages que sa famille pouvait attendre de son élévation. Pour sa famille religieuse, Pie V, tout en accordant une préséance aux prêcheurs sur les autres ordres, intervint pour les réformer en s’appuyant sur les maîtres de l’ordre.

Un des grands succès de la politique de saint Pie V fut la bataille navale de Lépante contre les Turcs, le 7 octobre 1571. Attribuant cette victoire à la protection de la Vierge Marie, le Pape engagea les prêcheurs à célébrer chaque année une fête de Notre-Dame de la Victoire qui devint ensuite Notre-Dame du Rosaire. Pie V mourut le 1er mai 1572 et fut béatifié exactement un siècle après. Un peu confisqué par l’hagiographie intégriste, Pie V, avec ses limites, ses échecs et son immense travail, a surtout rendu à l’Église le service, après les turpitudes des papes de la Renaissance, de présenter la figure d’un pontife irréprochable, modèle des princes-serviteurs. (Source : Quilici, Alain; Bedouelle, Guy. Les frères prêcheurs autrement dits Dominicains. Le Sarment/Fayard, 1997)

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Start typing and press Enter to search