PROVINCE SainT DOMINIQUE

Masthead Image
Dominicans of Canada

cornerQuelques aspects de vie dominicaine

Lettre envoyée à l'Ordre pour Noël 1975

fr. Vincent de Couesnongle, o.p.

Vincent de Couesnongle, o.p.La fête de Noël nous rend plus proches du mystère de la manifestation de Dieu aux hommes. Elle nous rappelle aussi à notre vocation dominicaine : vivre ensemble la Parole de Dieu, la prier, l'étudier, la célébrer pour pouvoir l'annoncer de mille et une manières.

Au cours de cette première année de ma charge, j'ai visité plus de la moitié de nos 41 provinces et un certain nombre de vicariats d'Afrique et d'Amérique latine. Durant ce temps, la plupart des Assistants généraux ont, à l'invitation des Provinciaux, fait des séjours - plus ou moins longs - dans leurs régions respectives.

Durant ces visites, qui constituaient une première prise de contact avec les centres les plus importants de l'Ordre, j'ai surtout écouté les frères : leurs engagements apostoliques, leurs difficultés, leurs aspirations. J'ai beaucoup échangé avec les Frères, et aussi les Moniales et les Soeurs, sur mes trois préoccupations majeures face à la situation de l'Ordre, tel que je le vois maintenant. Ces trois points expriment d'ailleurs non pas une hiérarchie de valeurs, mais un ordre d'urgence pour aujourd'hui.

Première préoccupation : la vie intellectuelle

Actuellement, deux tiers de nos provinces n'ont pas leur propre maison d'études, leur studium : ce qui signifie que nos étudiants suivent des cours de philosophie et de théologie dans des facultés de niveaux bien divers. Il y aurait une solution immédiate : envoyer les étudiants dans d'autres pays qui ont un studium dominicain. Mais aujourd'hui on souligne combien il est important que les étudiants poursuivent leurs études dans leur pays, leur culture, leur milieu. Je sens que nos jeunes ont besoin d'une saine méthodologie pour pouvoir penser d'une manière critique.

Il y a un sérieux effort à faire pour confronter dans une fécondation mutuelle les conclusions des sciences et des philosophies modernes avec les intuitions de saint Thomas 1. Dans le passé, nous avions des hommes bien entraînés à la pensée moderne ainsi qu'à la perspective historique et la problématique de saint Thomas. Mais trop souvent la " confrontation " fut laissée aux étudiants - tâche difficile qu'ils pouvaient rarement accomplir. Il y a 9 ans, avant d'arriver à Rome, j'ai réalisé que je devais changer ma façon d'enseigner. Je suis convaincu que cette " confrontation " doit se faire, si notre héritage intellectuel veut survivre.

Il y a aussi un besoin urgent de formation continue des f'rères. Sous ce rapport, nous avons des provinces fortes, et ,les provinces faibles. Nous ne pouvons pas nous contenter te porter l'habit de saint Dominique et de chanter les hymnes de saint Thomas. Il nous est demandé bien plus dans le ronde d'aujourd'hui qui change si vite, qui se construit. `fous ne pouvons prendre un air de supériorité comme si nous avions toutes les réponses et agir comme si personne 'avait rien à nous apprendre. En fait, nous avons beaucoup à apprendre des autres, spécialement dans les domaines de la pastorale et des spécialisations apostoliques.

Deuxième préoccupation : présence dominicaine dans le monde actuel

Nous accomplissons les tâches les plus variées, et en géréal, nous le faisons bien. Mais il me semble que nous faisons les mêmes choses, et de la même manière qu'il y a 5, 10 ou 20 ans ! Nous devons nous poser cette question et y réfléchir sérieusement.

Où est le monde de demain qui est en train de naître ? Que faisons-nous pour atteindre et marquer ces jeunes, ces professionnels, ces couples, ces étudiants, tel ou tel milieu ou coupe ? Quel rôle dynamique, exemplaire et actuel jouent , les paroisses, les écoles, les aumôneries ? N'y donnons-nous ras une réponse trop facile à nos aspirations apostoliques ? N'y cherchons-nous pas à évangéliser surtout un petit nombre choisi, " à sauver les sauvés " ? Sans considération pour que nous faisons, l'an 2000 aura un contenu tout nouveau. Où sera l'Ordre des Prêcheurs ?

Dans mes conversations avec les Frères, les Soeurs, les Moniales, j'ai exprimé mon étonnement devant la faible .présentation des frères dans le domaine de la justice sociale et des mass media, et j'ai insisté sur la nécessité de consacrer des religieux à ces domaines et de les former en conséquence.

Bon nombre de possibilités nous sont offertes de servir le pauvre et l'opprimé : 1. aide directe ; 2. enseignement des méthodes d'auto-assistance ; 3. recherche des causes de la misère et de l'injustice. Je crois fermement que, comme Dominicains, et sans écarter les deux autres, nous devons privilégier, la troisième possibilité qui réclame une compétence professionnelle en des champs très variés : économie, sociologie, politique, philosophie, théologie et bien d'autres disciplines. L'histoire nous offre un modèle dans les efforts, au 16e siècle, d'un Vittoria et d'un Las Casas pour défendre la cause des Indiens opprimés.

Troisième préoccupation: la prière

Depuis Vatican II, l'aspect quantitatif de notre prière a été réduit, et je crois que la qualité a progressé. Mais, qu'en est-il de l'intensité de notre prière privée ?

On note chez les jeunes une recherche croissante d'une vie de prière plus profonde. Pourrons-nous satisfaire ces aspirations ? De mes brefs contacts avec certaines maisons de formation, j'ai retenu que bon nombre de novices et de jeunes étudiants apprécient profondément la prière et la vie contemplative.

Dans certains groupes, j'ai entendu dire qu'il existait un antagonisme croissant entre les " charismatiques " et les " politiques " - un mot à prendre dans son sens large. Ces derniers accusent les autres de neutraliser le changement social - avons-nous suffisamment réfléchi à ce problème pour y apporter des réponses intelligentes ? II reste bien d'autres domaines de la prière à explorer.

Au cours des deux ou trois dernières années, j'ai constaté un changement dans le type d'hommes qui pensent àentrer chez nous. Et cette impression a été souvent confirmée lors de mes récents voyages. Ils possèdent le désir de l'étude à un niveau profond. Ils désirent aussi une solide vie de prière. Ils veulent vivre la vie commune dans un partage de la foi. Avec un certain humour, j'ai souvent parlé des jeunes comme de la " race nouvelle ".

Toutefois j'éprouve quelque crainte sur l'accueil qu'on leur fait. Pouvons-nous les recevoir, sans les décevoir ? Pouvons-nous leur offrir les richesses de cette vie spirituelle intérieure qu'ils cherchent ? Ils viennent à nous sans préjugés ni pour ni contre le passé qui a été si secoué immédiatement après Vatican II.

En assistant aux sessions du CIDAL, à Quito, cet été, j'ai été impressionné par le sérieux et l'intensité de l'approche, par les Pères et les Soeurs, du problème de l'évangélisation dans leur pays. Ce qui m'a touché tout spécialement, ce fut notre prière commune - deux heures chaque jour. Nous avions simplement Laudes, Vêpres et la Messe concélébrée, mais ce furent des moments de partage et de réflexion sur l'Ecriture, d'offrande des intentions, de silence - simple et profond. Je pense que nous avons eu une expérience aussi riche, en raison de la présence des soeurs, qu'il s'agisse de la vérité et de la ferveur de notre vie de prière comme aussi de la conscience qu'elles ont, du fait de leur sensibilité naturelle, des problèmes concrets quotidiens et de la condition du pauvre.

Je suis encouragé quand je constate la coopération et la collaboration entre les frères et les soeurs de l'Ordre. J'espère que nous continuerons dans cette perspective, car nous avons beaucoup à nous apporter les uns aux autres et, ensemble, nous pourrons constituer une force dans l'Eglise et dans le monde.

Mais jusqu'ici je n'ai que très peu rencontré une coopération profonde des Frères et des Soeurs avec les membres des Fraternités laïques de saint Dominique, lesquels devraient pourtant, face à un monde qui se fait, être une aide et une inspiration irremplaçable. Sans eux sommes-nous capables de donner au monde d'aujourd'hui la nouvelle âme dont il a besoin et qu'il ne peut trouver que dans l'Evangile du Christ ?

Et maintenant que j'ai partagé avec vous mes trois préoccupations, je demande à chaque frère, chaque soeur, chaque moniale, chaque couvent, chaque monastère, chaque province, chaque congrégation, chaque fraternité laïque en tous ses membres, de réfléchir et de rechercher comment, ensemble, vous et moi, dans un esprit de solidarité et dans la même espérance qui est d'abord prière, nous pourrons préparer ainsi aujourd'hui l'insertion et l'incarnation de l'Ordre des Prêcheurs, dans le monde de demain : le 21e siècle.

 

|
françaisenglish
site search by freefind

Parole et Vie

Prédication dominicaine hebdomadaire offerte par le frère François-Dominique Charles, o.p. de la Province de France sur le site de Spiritualité 2000.

Espace liturgique

Un commentaire écrit et audio pour chaque dimanche de l'année offert par nos frères dominicains de Belgique.

audio

Le Bulletin RESEAU est le bulletin de liaison de la Province Saint-Dominique du Canada. Il paraît quatre fois par année.

Lire le dernier numéro...

Collège universitaire dominicain d'Ottawa

Degrés universitaires en philosophie et en théologie.

Pour plus d'informations :

Visitez le site Internet

96 Empress Ave., Ottawa, Ontario, K1R 7G3

Tel.: (613) 233-5696 #330 Fax : (613) 233-6064

info@udominicaine.ca

L'Institut de pastorale est le département d'études pastorales, à Montréal, du Collège dominicain de théologie et de philosophie, fondé en 1900, dont le siège social est à Ottawa.

Adresse:

2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine,
Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

Courriel:

secretariat@ipastorale.ca

tel.: (514) 739-3223 #323 fax: (514) 739-1664

Dominican Institute of Toronto

372, Huron Street

Toronto (Ontario) Canada M5S 2G4

téléphone : (416) 595-5665

télécopie : (416) 596-1017

Visitez notre site web

Oratoire Saint Jude et du Rosaire

2715 Ch. de la Côte Ste-Catherine,
Montréal (Qc) Canada - H3T 1B6

Téléphone: (514) 845-0285
Télécopie: (514) 845-3974

Spiritualité 2000 est un webzine mensuel né de la volonté d'offrir sur la toile un site où il serait possible aux internautes de s'initier à la spiritualité chrétienne ou d'en approfondir leur connaissance.

Pour en savoir plus...

Provincialat

2715 ch. de la Côte-Sainte-Catherine,
Montréal (QC)
Canada H3T 1B6

téléphone : (514) 341-2244 télécopie : (514) 341-3233

Pour tout commentaire au sujet de notre site, veuillez écrire à l'adresse suivante:

Webmestre provincial

Contacts en Ontario et en Colombie Britannique

Toronto

Priory of St Thomas,
372 Huron Street,
Toronto (Ontario)
Canada M5S 2G4

téléphone: (416) 595-5665
télécopie: (416) 596-1017

Ottawa

Couvent Saint-Jean-Baptiste
96 Empress Avenue, Ottawa, ON, Canada
K1R 7G3

téléphone:(613) 232-7363 télécopie: (613) 236-3869

Vancouver

Community of Saint Mary 3396 Auftrey Av.
Vancouver (BC)
Canada V5R 4V9

téléphone: (604) 437-1852
télécopie: (604) 437-1852

St. Mary's Parish:
téléphone: (604) 435-9611

Notre mission

Nos Constitutions définissent notre mission de la manière suivante :

L’Ordre des Frères prêcheurs fondé par saint Dominique fut, on le sait, dès l’origine spécifiquement institué pour la prédication et le salut des âmes.

Notre mission est d’annoncer partout l’Évangile de Jésus-Christ par la parole et par l’exemple, en tenant compte de la situation des hommes, des temps et des lieux, et dont le but est de faire naître la foi, ou de lui permettre de pénétrer plus profondément la vie des hommes en vue de l’édification du Corps du Christ, que les sacrements de la foi amènent à sa perfection.

 

logo