PROVINCE SainT DOMINIQUE

Masthead Image
Dominicans of Canada

cornerLes laïques et la mission de l'Ordre

Lettere du Maître de l'Ordre. Novembre 1987

fr. Damian Byrne, O.P.

Damian Byrne, O.P.Le Chapitre Général d'Avila a institué une commission spéciale pour étudier le rôle des laïques dans notre apostolat. Ainsi le Chapitre rappelle l'importance croissante que le laïcat est en train d'acquérir dans l'Église, particulièrement depuis Vatican II. Cette commission capitulaire a demandé au maître Général de l'Ordre "d'écrire aux frères et à toute la Famille Dominicaine sur les laïques dans notre apostolat et sur les laïques dominicains dans le monde actuel" (no. 95) .

Cette lettre veut donner une réponse opportune à cette commission du Chapitre. C'est un hommage à toute la Famille Dominicaine pour le succès remporté dans cette importante sphère ecclésiale et, en même temps" une fraternelle interpellation à tous les membres de la Famille Dominicaine pour qu'ils intensifient leur dévouement et leur travail dans ce nouveau défi ecclésial.

1. Le réveil des laïques, un nouveau signe ecclésial

Le Concile Vatican II s'est fait l'écho d'un nouveau signe ecclésial: le réveil des laïques pour une nouvelle étape ecclésiale de co-responsabilité et le sens de la communion. Les paroles du Concile furent une reconnaissance et un accueil favorable de cette nouvelle étape, et, à la fois, une invitation à toute l'Église de suivre ce chemin. Le récent Synode extraordinaire des Evêques a entendu la voix autorisée du Concile et a donné de nouvelles directives et de nouveaux objectifs comme complément des la vocation et de la mission des laïques dans l'Église.

Le réveil des laïques à la ministérialité et à la co-responsabilité ecclésiale est un signe des temps avec une signification théologique profonde. Les déclarations conciliaires ou synodales sont seulement le reflet d'un fait historique qui se produit de partout et dans toutes les églises locales, et également dans l'Église universelle.

Je vous invite à revoir avec moi quelques faits présents dans l'actuelle conjoncture de l'Église:

a) Les églises locales, beaucoup d'entre elles sont de jeunes églises, sont en train d'acquérir une spéciale vitalité grâce à l'active coresponsabilité des laïques, hommes et femmes, conscients de leur vocation chrétienne et de leur mission et responsabilité apostoliques... les efforts de revitalisation, réorganisation, inculturation... rénovation missionnaire.. sont fréquemment soulevés et menés à bien par les laïques en dialogue et collaboration avec leurs pasteurs.

b) Le fait d'une progressive diversification des ministères assumés par les laïques à l'intérieur de la communauté a acquis une singulière importance. Chaque jour s'accroît le nombre des laïques qui découvrent et réalisent des ministères spécifiques dans l'Eglise. Dans la majorité des cas se sont des ministères reconnus et approuvés par leurs pasteurs. S'accroît également le nombre des laïques qui se dédient à la catéchèse et à l'évangélisation, à la réflexion et à l'enseignement théologique, à la guide et à l'animation de la communauté, à l'administration et aux services sociaux, à la lutte pour la justice et la paix dans le monde. Ces ministères ne sont pas exercés sans autre préparation que la bonne volonté; ceux qui les exercent se sentent obligés d'avoir une formation et une préparation spécifiques.

Du point de vue théologique, ecclésial et pastoral, il est très significatif que le "leadership" assumé par les laïques soit en croissance. Ce n'est pas un simple leadership qui supplée au manque de prêtres ou qui les supplante. C'est le leadership de beaucoup de laïques qui, par vocation ou par un charisme spécial, se sentent appelés à devenir animateurs de la communauté chrétienne dans la prière, le partage de la Parole, dans les engagements sociaux ou politiques, dans les oeuvres de charité et de justice. Ces leaders laïques inaugurent une nouvelle étape non seulement pour la conception mais aussi pour lé fonctionnement de l'autorité dans la communauté chrétienne.

d) Dans le réveil du laïcat, la présence de la femme acquiert une singulière importance après trois siècles de silence et de marginalisation. Les dons naturels et les charismes spéciaux de la femme injectent une vitalité neuve dans la communauté chrétienne et révèlent une nouvelle face de l'expérience chrétienne. Son sens du pratique, la spéciale sensibilité féminine, sa maternité, sa constance dans les épreuves révèlent des aspects cachés de la Parole de Dieu, de la communion chrétienne, de l'expérience du Règne.

Ces phénomènes présents ,dans l'Eglise actuelle ont provoqué une collaboration qui va croissant, entre laïques, religieux, prêtres, dans les différentes sphères de la vie ecclésiale. Chaque fois un peu plus, dominicains et dominicaines partagent leur vie et leurs projets avec d'autres religieux et laïques, hommes et femmes, mariés ou célibataires. Les laïques ne sont pas seulement l'Objet de notre mission; ils partagent avec nous - et nous avec eux - une même responsabilité dans la communauté chrétienne.

En face de ce fait ecclésial il est normal que les dominicains se posent quelques questions: Comment sentons-nous et réagissons-nous au réveil des laïques dans l'Eglise ? Acceptons-nous ce fait de bon gré ? L'ignorons-nous par autosuffisance ? Le rejetons-nous par fausse peur ? Quelles sont nos attitudes et nos réactions en face des laïques ? Quelle place les laïques tiennent-ils dans notre ministère, dans l'élaboration et la réalisation de nos projets apostoliques ? Etre en harmonie avec l'Eglise signifie aujourd'hui, entre autre chose, assumer ces interrogations et y répondre avec sincérité.

2. Clés pour une réflexion chrétienne

La réflexion théologique aujourd'hui porte son regard vers les signes des temps pour lire, interpréter et discerner les exigences de la Parole de Dieu et de l'expérience chrétienne. Faire de la théologie ou prêcher est mettre en contact la Parole de Dieu avec les situations historiques des hommes. La fidélité à notre riche tradition théologique exige de nous une écoute attentive et un discernement théologique de ce nouveau signe ecclésial des temps. Nous ne pouvons oublier que ce furent précisément nos frères théologiens de Vatican II qui développèrent la nouvelle théologie du laïcat et de la ministérialisation de la communauté chrétienne.

La première clé pour réfléchir sur le laïcat et sa mission dans l'Eglise nous est proposée par l'ecclésiologie de Vatican II. Celui-ci a changé la définition juridico-institutionnelle de l'Eglise en une conception ou définition spécifiquement théologique. Le critère majeur de cette nouvelle définition est "Le Peuple de Dieu": l'Eglise est le nouveau Peuple de Dieu; rassemblé par la foi dans le Ressuscité, et scellé par le Baptême en Jésus-Christ. Il existe aujourd'hui une certaine tendance à affirmer que la "communion" exprime la nature de l'Eglise mieux que "Le Peuple de Dieu". Cependant, tant Vatican II qu'une tradition gaélique très antique sont en faveur de la définition "Peuple de Dieu". Tous les baptisés participent de plein droit à cette vocation et à cette mission. Tous sont Peuple de Dieu, membres actifs et responsables de l'Église dans sa mission.

b) Cette conception ecclésiologique du Concile nous conduit à une nouvelle conception de la ministérialité et des ministères dans l'Église. Tous les ministères et charismes sont des dons de Dieu au travers de la communauté. Et là est la seconde clé importante pour notre réflexion théologique. Le sujet de la ministérialité est la communauté chrétienne. Tout baptisé partage radicalement cette dimension de la ministérialité. La diversification des ministères est l'expression de la dimension ministérielle dans la communauté.

Une troisième clé de réflexion théologique nous oblige à réviser notre traditionnelle théologie du ministère. Je me réfère à leurs critères de valorisation et de hiérarchisation. Le caractère sacré des actes liturgiques et le lien étroit entre ministère sacerdotal et autorité dans l'Eglise nous ont acçoutumé à un point de vue sacré et liturgique, donnant la préférence à ce ministère. Dans cette forme, les fonctions et les ministères associés au culte occupent le premier poste dans notre échelle des valeurs, tandis que le ministère plus "laïque" est relégué au second poste. Ceci doit changer. Se rappelant le conseil de St Paul aux Corinthiens, il est nécessaire de retrouver les critères communautaires pour valoriser et donner la préférence au charisme et au ministère. Le charisme et le ministère auront une plus grande importance pour le chrétien dans la mesure où ils serviront à la construction de la communauté chrétienne.

Cette troisième clé théologique nous aide à surmonter le traditionnel dualisme, et dans beaucoup de cas, la fausse opposition, entre le sacerdoce et le laïcat. Il vaut la peine de rappeler les paroles du P. Congar à ce propos :

"L'Église ne se construit pas seulement avec les actions des ministres officiels du sacerdoce, mais aussi avec beaucoup d'autres services, plus ou moins fixes ou occasionnels, plus ou moins spontanés ou reconnus, quelques-uns consacrés par l'ordination sacramentale. De tels services existent, ils existent même si on ne les appelle pas par leur nom : ministères qui n'ont pas leur vraie place et status dans l'ecclésiologie... On voit alors que le double élément décisif n'est pas "sacerdoce-laïcat", mais "ministères (ou services) et communauté".

Ceci aide à comprendre la diversification et la répartition des charismes et des ministères entre tous les membres de la communauté, ordonnés ou laïques, hommes ou femmes. Finalement, ce qui est très important, ceci aide à reconnaître la profonde signification chrétienne qu'ont les ministères exercés par les baptisés dans la recherche d'une société plus humaine, plus fraternelle, plus juste: promotion, assistance, défense des droits de l'homme etc...

Ces clés théologiques doivent stimuler notre réflexion et notre discernement dans la pratique de notre activité pastorale et ecclésiale. La théologie nous offre aujourd'hui des points solides et des points discutés autour des ministères. C'est une mission des dominicains d'offrir à la communauté chrétienne le ministère et le charisme du discernement théologique, si nous entendons rester fidèles à notre tradition. Cependant notre réflexion théologique ne sera pas féconde si elle s'éloigne de notre action chrétienne, ecclésiale et apostolique.

3. Défis et engagements pour la famille dominicaine

Le centre du charisme dominicain doit se trouver dans la prédication, dans l'annonce kérygmatique de la Parole de Dieu. Etre dominicain c'est être prêcheur. Ceci est le plus important du projet dominicain. Cependant cette annonce est plus qu'un simple discours verbal qui passe à travers la catéchèse, l'homélie ou l'enseignement religieux. Il se manifeste dans n'importe quelle parole, ou pratique historique qui proclame l'événement salvifique au centre de l'Histoire humaine.

Le lieu spécifique de rencontre entre les dominicains et les laïques est exactement le charisme et le ministère de la prédication. La Famille Dominicaine est appelée à être une communauté de prédication dans laquelle frères, religieux, laïques sont membres actifs et coresponsables avec des charismes et des ministères différenciés.

L'Ordre naquit dans un moment historique de crise ecclésiale, mais aussi d'extraordinaire vitalité. Ce fut un temps de réveil des mouvements laïques, ce qui a influé grandement sur la naissance et le projet des Ordres Mendiants et a créé une nouvelle conception de l'Église au-delà des limites paroissiales ou diocésaines. Au long de son histoire l'Ordre a eu des expériences significatives qui peuvent nous aider à comprendre et à assumer les nouveaux temps du laïcat: l'incorporation du Tiers-Ordre au projet dominicain, l'évolution des fonctions et des ministères des frères coopérateurs, l'incorporation de nombreuses congrégations féminines à la mission de l'Ordre. Le souvenir de ces faits est un défi pour les temps nouveaux.

Aujourd'hui je pense que nos communautés sont appelées à inaugurer et à potentialiser de nouvelles pratiques ecclésiales qui mèneront le laïcat vers la collaboration dans le ministère de l'Église.

La pratique de la prière partagée avec les laïques leur offre la richesse d'une prière cautionnée par les siècles qui, en même temps, reçoit d'eux la nouveauté et la fraîcheur de nouvelles expériences chrétiennes. Quelques-unes de nos communautés dominicaines seraient revitalisées dans, leur prière si elles la partageaient avec les laïques. Les exemples ne manquent pas.

Il faut de même inaugurer et potentialiser de nouveaux modèles de formation partagés avec les laïques. Ceci ne peut s'orienter vers une seule direction, comme si nous étions les maîtres et eux les disciples. Il faut une formation partagée et mutuelle. La Parole de Dieu n'est pas enchaînée: elle est ouverte à l'intelligence de tout croyant qui en est à l'écoute. Nous autres pouvons apporter la richesse de notre formation théologique, mais nous devons apprendre à écouter afin de nous enrichir par le dialogue avec ces mêmes croyants.

Notre travail apostolique doit être révisé et réorienté dans la perspective des nouveaux ministères laïques, pour répondre adéquatement à la nouvelle relation ecclésiale avec les laïques. Ces travaux sont appelés à potentialiser une nouvelle forme plus collégiale d'exercer l'autorité et le leadership. Nous devons trouver de nouvelles formes de partager les projets apostoliques, de diversifier les fonctions et ministères dans notre activité apostolique. La cause de l'Évangile doit s'opposer à nos routines, commodités et peurs. Une communauté dominicaine en état de mission et d'itinérance est une communauté ouverte au présent et au futur de l'Église et de la société.

Le Chapitre d'Avila (no. 85 A) s'est rendu compte du malaise qui existe dans le laïcat dominicain. On rencontre fréquemment aujourd'hui un problème particulier: l'absence quasi totale de jeunes, avec pour conséquence une perte de vitalité. Ne serait-ce pas, en partie, à cause de la méconnaissance des enseignements de l'Église à partir du Concile Vatican II ? Le même problème fut pris en considération par le Congrès du laïcat dominicain célébré à Montréal en 1985. Devant cette situation il faut repenser et réorienter les groupes du laïcat dominicain en harmonie avec les nouvelles pratiques ecclésiales et les nouvelles clés théologiques concernant la place et la mission dés laïques dans l'Eglise et le monde.

4. En regardant vers le futur

Nos frères et soeurs se façonnent progressivement à ce nouveau style de vie et de mission dominicaine pour une Eglise neuve qui est en train de naître. Beaucoup ont déjà commencé et sont un stimulant pour toute la Famille Dominicaine. Leur nouveau style rend plus crédible notre vocation. C'est une opportunité de renouveler l'Ordre. Ce réveil des, laïques nous offre une nouvelle frontière. Pour la traverser il faut du courage.

Le futur de l'Eglise et de la Famille Dominicaine nous demande beaucoup. Les raisons qui nous empêchent de nous rénover nous donnent une fausse sécurité, mais comme nous le rappelle Saint Jean Baptiste, le premier prédicateur de Jésus-Christ : "Il faut que je diminue pour que Lui grandisse" (J. 3, 30). Comme Jésus, la grâce divine qui vit dans chaque fidèle, croît quand ils la proclament jusqu'aux confins de la terre. Que le souvenir de saint Dominique nous donne le courage pour nous engager sous ce nouveau signe ecclésial. (23 novembre 1987).

 

|
françaisenglish
site search by freefind

Parole et Vie

Prédication dominicaine hebdomadaire offerte par le frère François-Dominique Charles, o.p. de la Province de France sur le site de Spiritualité 2000.

Espace liturgique

Un commentaire écrit et audio pour chaque dimanche de l'année offert par nos frères dominicains de Belgique.

audio

Le Bulletin RESEAU est le bulletin de liaison de la Province Saint-Dominique du Canada. Il paraît quatre fois par année.

Lire le dernier numéro...

Collège universitaire dominicain d'Ottawa

Degrés universitaires en philosophie et en théologie.

Pour plus d'informations :

Visitez le site Internet

96 Empress Ave., Ottawa, Ontario, K1R 7G3

Tel.: (613) 233-5696 #330 Fax : (613) 233-6064

info@udominicaine.ca

L'Institut de pastorale est le département d'études pastorales, à Montréal, du Collège dominicain de théologie et de philosophie, fondé en 1900, dont le siège social est à Ottawa.

Adresse:

2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine,
Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

Courriel:

secretariat@ipastorale.ca

tel.: (514) 739-3223 #323 fax: (514) 739-1664

Dominican Institute of Toronto

372, Huron Street

Toronto (Ontario) Canada M5S 2G4

téléphone : (416) 595-5665

télécopie : (416) 596-1017

Visitez notre site web

Oratoire Saint Jude et du Rosaire

2715 Ch. de la Côte Ste-Catherine,
Montréal (Qc) Canada - H3T 1B6

Téléphone: (514) 845-0285
Télécopie: (514) 845-3974

Spiritualité 2000 est un webzine mensuel né de la volonté d'offrir sur la toile un site où il serait possible aux internautes de s'initier à la spiritualité chrétienne ou d'en approfondir leur connaissance.

Pour en savoir plus...

Provincialat

2715 ch. de la Côte-Sainte-Catherine,
Montréal (QC)
Canada H3T 1B6

téléphone : (514) 341-2244 télécopie : (514) 341-3233

Pour tout commentaire au sujet de notre site, veuillez écrire à l'adresse suivante:

Webmestre provincial

Contacts en Ontario et en Colombie Britannique

Toronto

Priory of St Thomas,
372 Huron Street,
Toronto (Ontario)
Canada M5S 2G4

téléphone: (416) 595-5665
télécopie: (416) 596-1017

Ottawa

Couvent Saint-Jean-Baptiste
96 Empress Avenue, Ottawa, ON, Canada
K1R 7G3

téléphone:(613) 232-7363 télécopie: (613) 236-3869

Vancouver

Community of Saint Mary 3396 Auftrey Av.
Vancouver (BC)
Canada V5R 4V9

téléphone: (604) 437-1852
télécopie: (604) 437-1852

St. Mary's Parish:
téléphone: (604) 435-9611

Notre mission

Nos Constitutions définissent notre mission de la manière suivante :

L’Ordre des Frères prêcheurs fondé par saint Dominique fut, on le sait, dès l’origine spécifiquement institué pour la prédication et le salut des âmes.

Notre mission est d’annoncer partout l’Évangile de Jésus-Christ par la parole et par l’exemple, en tenant compte de la situation des hommes, des temps et des lieux, et dont le but est de faire naître la foi, ou de lui permettre de pénétrer plus profondément la vie des hommes en vue de l’édification du Corps du Christ, que les sacrements de la foi amènent à sa perfection.

 

logo