PROVINCE SainT DOMINIQUE

Masthead Image
Dominicans of Canada

corner

Les Fraternités laïques dominicaines avant et après le Concile Vatican II

Conférence donnée au Conseil Européen des Fraternités Laïques Dominicaines (Vienne, mars 1998)

 

fr. Jean-Bernard Dousse, o.p.

 
Aggiornamento dans la fidélité

Il est évident que le Concile Vatican II marque un tournant décisif dans l'ecclésiologie, en particulier dans la perception globale de l'Église Corps du Christ et des différentes fonctions des membres de ce Corps. Mais la vie précède toujours la loi. Et ce qui a été discuté, puis promulgué par les Pères conciliaires de 1963 a 1965 avait déjà été expérimenté et vécu bien avant. De même le renouveau de l'ecclésiologie avait été préparé par les études des théologiens. En ce qui concerne le laïcat et sa place dans l'Église, il faut rappeler les travaux décisifs de notre frère Yves Congar, qui ont ouvert la voie a une nouvelle perception de la fonction du laïcat dans l'Église. Nous pouvons affirmer que sans lui, nous ne serions probablement pas réunis ici, et si ce rassemblement avait tout de même lieu, les thèmes traités seraient tout autrès.

Dans le laïcat dominicain, les grandes figures que nous avons présentées dans notre "Galerie des portraits" montrent suffisamment que l'esprit apostolique de s. Dominique a de tous temps inspiré ses disciples laïcs et les a poussés a l'action autant qu'a la contemplation et a la pénitence.

Les changements que nous constatons après le Concile, pour importants qu'ils soient, n'affectent en rien la spiritualité, avec ses notes essentielles, du laïcat dominicain. En parlant du Concile, Jean XXIII souhaitait un aggiornamento de l'Église. En révisant leurs constitutions, les différents Ordres et Congrégations religieuses ont fait leur ce projet. Le laïcat dominicain a aussi réalisé sa mise a jour. Il faut toutefois souligner que ce travail de révision n'est pas parti de la volonté d'appliquer les orientations du Concile, mais bien de s'adapter a une nouvelle situation du monde et de l'Église. Et cela bien avant le Concile, puisque c'est au Chapitre général de 1949, a Washington, qu'il est pour la première fois question de modifier la règle : S'il paraît opportun d'apporter quelques innovations dans la règle de notre Tiers- Ordre, que celles-ci soient proposées en termes clairs, avec leurs motivations, afin que nous puissions en demander auprès du Saint-Siège l'introduction (139.5). Cependant la première refonte de la règle ne verra le jour qu'en 1964, et la règle définitive sera approuvée a Montréal en 1985. C'est ce souci de réalisme qui explique, me semble-t-il, les étapes multiples de ce labeur, qui aura ainsi duré plus de vingt ans, et qui - suivant l'exemple des Constitutions des Frères - ne sera jamais achevé.

L'intention de cet exposé est de mettre en évidence quelques éléments plus importants du changement, ou plus exactement de l'évolution dont nous sommes les témoins.

Une réalité renferme toutes les autrès : la découverte et la reconnaissance par l'Église de la participation entiere des laïcs comme tels a sa mission, en vertu de leur baptême et de leur confirmation, par lesquels ils participent au triple pouvoir du Christ prêtre, prophète et roi. De même, comme laïcs, ils participent pleinement non seulement a la spiritualité, mais aussi a la mission de l'Ordre et a son charisme spécifique de prédication.

Je voudrais développer cette reconnaissance et ses conséquences sur trois points: 1. Les laïcs dominicains sont de vrais laïcs. - 2. Ils sont autonomes. - 3. Ils sont apôtrès et prêcheurs. J'y ajouterai quelques considérations sur la Famille dominicaine.

1. Les laïcs dominicains sont de vrais laïcs.

Il est notable que le principal grief fait a la première rédaction d'une nouvelle règle (1964) soit d'être "trop religieuse et monastique, insuffisamment adaptée a la vie de nos tertiaires et des laïcs" (rapport du Promoteur général au Chapitre général de 1968).

Il est vrai que l'idéal proposé par les règles précédentes ressemblait très fort a l'idéal des religieux, et que ces règles étaient très semblables aux constitutions des Ordres religieux. Le P. Dupuy, O.P., dans l'encyclopédie "Catholicisme", art. "Laïc", écrit ceci : Par suite de ces différents facteurs historiques, le droit des laïcs est demeuré au Moyen-Âge embryonnaire, et leur spiritualité a été dans son ensemble une spiritualité de moines plutôt que de laïcs. (t. VI, c. 1636)

Il suffit d'un regard sur les règles anciennes pour se rendre compte de cette similitude. Le langage employé : prieur, maître ou maîtrèsse des novices, profession; la règle de Munio traite des heures canoniales, du lever de nuit, du silence a observer a l'église, des jeunes, de l'habit. Celle de Theissling en reste très proche; ne sont supprimés que les deux chapitrès concernant le lever de nuit et le silence a l'église (plus un autre qui interdisait le port d'armes).

La nouvelle règle de 1964 parle encore d'une certaine participation a la vie religieuse et apostolique de l'Ordre (n. 1). Mais le chapitre 13 (n. 48) souligne le caractère séculier des tertiaires : Les Tertiaires auront conscience d'être appelés a professer la perfection chrétienne dans la vie séculière et a travailler a la rénovation du monde. C'est pourquoi, tout en rejetant l'esprit du monde, ils rempliront parfaitement leurs devoirs d'état séculiers et leurs obligations professionnelles.

La règle de 1968 introduit un nouveau langage : il y est question des laïcs de saint Dominique. La référence au décret conciliaire est explicite des le prologue. Leur premier engagement est ainsi défini dans l'article 1, intitulé "De vrais laïcs, avec une sainteté de laïcs" : Toutes les affaires temporelles, auxquelles ils sont étroitement mêlés, ils s'emploieront a les entreprendre, a les éclairer et les ordonner selon l'évangile, en sorte que, devenus de vrais signes de foi, d'espérance et de charité, ils entraînent les autres laïcs a remplir les devoirs de la vie chrétienne.

La règle de Montréal s'ouvre (n. 1) par l'affirmation du concile sur la place des laïcs dans l'Église : Parmi les disciples du Christ, les hommes et les femmes qui vivent dans le monde participent par leur baptême et leur confirmation a la mission royale, sacerdotale et prophétique de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ils ont comme vocation de répandre dans le coeur de l'humanité la présence du Christ, pour que le message divin du salut soit connu et accepté par tous les hommes (AA §3).

Le Chapitre général d'Avila (1986) instituait une commission pour étudier la place des laïcs dans notre apostolat. Il déclare : C'est plus spécifiquement par leur engagement dans les affaires du monde que les laïcs jouent leur rôle indispensable dans la mission de salut de l'Église (83 d).

Et l'année suivante, le Maître de l'Ordre, fr. Damian Byrne, dans la lettre qu'il adresse au laïcat dominicain, commente longuement et théologiquement tant la nouvelle règle que les orientations du Chapitre d'Avila. Je me permets de le citer. D'abord un constat : Le Concile Vatican II s'est fait l'écho d'un nouveau signe ecclésial: le réveil du laïcat pour une nouvelle étape de coresponsabilité et de sens communautaire... Le réveil des laïcs au ministère et a la coresponsabilité ecclésiale est un signe des temps qui revet une profonde signification théologique. ... Ce n'est pas seulement un substitut a l'absence d'un prêtre ni la mise a l'écart de celui-ci. C'est plutôt le fait que de nombreux laïcs, par vocation ou par un charisme spécial, se sentent appelés a devenir animateurs de la communauté chrétienne dans la prière, le partage de la Parole, dans les engagements sociaux et politiques, dans les oeuvres de charité et de justice.

Et le fr. Damian de souligner une dimension particulière - et particulièrement importante - de cette évolution : Dans ce réveil du laïcat, la présence des femmes, après des siècles de silence et de marginalisation, acquiert une attention et une importance singulières. Les dons naturels et les charismes spécifiques de la femme infusent une vitalité nouvelle dans la communauté chrétienne et révèlent une nouvelle face de l'expérience chrétienne.

Il voit la source de ce changement dans la nouvelle ecclésiologie proposée par Vatican II, qui définit l'Église comme Peuple de Dieu, dans lequel tous les baptisés participent de plein droit a sa vocation et a sa mission.

Mais je n'insiste pas davantage : vous avez étudié les Actes du Chapitre d'Avila et la lettre du fr. Damian pour préparer notre présent rassemblement. Je voudrais seulement conclure ce point par cette formule très expressive du Chapitre de Mexico (1992) : Nous exhortons nos frères et soeurs laïcs a approfondir leur spécificité de laïcs en étant a la fois présence de l'Église dans le monde et présence du monde dans l'Église (n.128 a).

2. Les laïcs dominicains sont autonomes.

Je veux dire par la que l'autorité et le pouvoir de décision ne sont plus entre les mains des frères - étant sauve l'autorité du Maître de l'Ordre et celle des Chapitres généraux, qui assurent l'unité de tout l'Ordre dans sa dimension de Famille dominicaine - mais ont passé aux mains des laïcs.

Reprenons quelques textes anciens et récents, pour vérifier le changement. Je lis dans la règle de 1923 : L'institution du Directeur de Fraternité, dans les églises de l'Ordre, est exclusivement réservée au Maître général ou au Prieur provincial (n.53). Le Directeur, durant sa charge, peut d'office accomplir tout ce qui a rapport a la direction et a la formation spirituelle des Frères (n.55). Chaque année le Directeur avec les membres restants du conseil renouvelleront la troisième partie des conseillers... Avec le conseil ainsi complété, le Directeur instituera le prieur et les autres dignitaires (n.60).

Le titre de Directeur exprime bien la réalité : c'est lui qui a la responsabilité principale, c'est lui qui, avec le conseil, décide de tout ce qui est important.

Que dit la règle de 1964? Nous y lisons au n.54 : Les supérieurs officiels du T.-O. sont... c) le directeur local dans sa fraternité. Le chapitre XVII est consacré au directeur de fraternité. Ce sera un prêtre (62). Son rôle: convoquer le conseil de la fraternité et le présider, proposer aux tertiaires la Parole de Dieu, admettre dans la fraternité les nouveaux membres, les corriger, avertir, dispenser et absoudre, conformément a la règle. Tout ce qui concerne la formation spirituelle et l'orientation de l'action tant des membres que des responsables le regarde d'office (63). On ne peut guère trouver formule plus absolue pour exprimer son pouvoir.

La règle de 1968 introduit une nouvelle terminologie, qui exprime une réforme profonde de structure. Il n'y a plus de directeur, mais un assistant religieux, a qui il appartient d'aider, d'enseigner et de faire progresser les membres de la fraternité dans la vie évangélique et apostolique, selon l'esprit et la tradition de l'Ordre. Il lui revient aussi de célébrer le rite liturgique d'admission et de recevoir les professions conjointement avec le président (ou prieur) de la fraternité (n.17, a et b).

Quant a la règle de Montréal, elle déclare que l'assistant religieux (frère ou soeur) a une fonction d'assistance doctrinale et spirituelle. Il est nommé par le prieur provincial, après avis du promoteur provincial et du conseil local des laïcs (n.21 c). Les articles 16 et 17 précisent que c'est le ou la responsable laïc de la fraternité qui procède, avec l'assistant religieux, a la réception du candidat ou qui recevra, également avec l'assistant religieux, son engagement temporaire ou définitif.

Ainsi voyons-nous le pouvoir passer des mains d'un directeur prêtre a celles des responsables laïcs, avec un assistant religieux qui n'est plus forcément un prêtre, mais qui peut aussi être une soeur ou un frère coopérateur, et même un ou une laïc formé/e (Avila n.92).

Relevons, dans cette perspective, une recommandation faite aux frères par le Chapitre général de Madonna dell'Arco, en 1974, citant largement la constitution Lumen Gentium (n.37) : Qu'ils reconnaissent et promeuvent la dignité et la responsabilité des laïcs dans l'Église et dans l'Ordre, ayant volontiers recours a la prudence de leurs conseils; qu'ils leur confient des charges et leur laissent la liberté d'action, stimulant même leur courage pour entreprendre de leur propre initiative; qu'ils respectent et reconnaissent la juste liberté qui appartient a tous dans la cité terrestre (n.232).

Au terme de cette évolution, il n'y a plus un Tiers-Ordre dépendant du premier Ordre, mais au sein de ce qu'on nomme désormais la Famille dominicaine, diverses branches correspondant a des états de vie différents; le Chapitre général de Quezon City (1977) relève que l'acceptation très large de la notion de famille dominicaine par toutes les branches de l'Ordre semble être un signe particulier de l'Esprit Saint qui travaille en chacun de ceux qui veulent être fils et filles de saint Dominique (n.64).

Poursuivant cette analyse, il continue: La participation a une vocation commune entraîne la solidarité de tous et lie chacun au service de la mission de l'Ordre selon une réciprocité nécessaire. La diversité n'est donc pas fondée sur quelque inégalité entre les membres des diverses branches de la famille, mais plutôt sur le fait que la mission de l'Ordre est remplie grâce a des ministères différents et réciproques qui s'accomplissent grâce a une collaboration mutuelle et complémentaire (65).

3. Les laïcs dominicains sont apôtres et prêcheurs.

a) Les règles successives

Il est notable que, dans la règle de Munio, aucun paragraphe ne parle de l'apostolat au sens moderne du terme, sauf de la visite des malades et de l'assistance aux nécessiteux, mais de défense et de propagation de la foi (ch. 15). La règle de 1923 comporte un chapitre intitulé "Des oeuvres de l'apostolat et de la charité". Suivant sur ce point les traces de l'apostolique Patriarche s. Dominique et de la séraphique vierge sainte Catherine de Sienne, tous les tertiaires emploieront et dépenseront sans mesure, d'un coeur ardent et généreux, leur vie pour la gloire de Dieu et le salut du prochain. - Se souvenant des traditions de nos pères, ils travailleront fortement, par la parole et les oeuvres, pour la vérité de la foi catholique, pour l'Église et le Pontife romain... ils s'adonneront aux oeuvres de charité et de miséricorde... ils aideront le clergé de la paroisse dans ses oeuvres pieuses, et surtout, la ou la nécessité l'exige, en instruisant les enfants des vérités chrétiennes. (Ch. XI)

La règle de 1964 reprend presque textuellement ce passage, y ajoutant une note actualisante: militant de préférence dans les rangs de l'Action catholique (n. 49). Ce qui est nouveau et qui mérite d'être souligné, c'est ce qui précède immédiatement : Les tertiaires auront conscience d'être appelés a professer la perfection chrétienne dans la vie séculière et a travailler a la rénovation du monde. C'est pourquoi tout en rejetant l'esprit du monde, ils rempliront parfaitement leurs devoirs d'état séculiers et leurs obligations professionnelles (n. 48). On pressent déjà l'apport du concile sur la mission spécifique du laïcat.

La règle de 1968 intitule le chapitre consacré a l'apostolat la mission apostolique. Les laïcs sont invités a assimiler le mieux possible la doctrine si féconde du sacerdoce commun des fidèles, a se dévouer sans compter au service prophétique qui est aussi confié aux laïcs, afin de devenir des hérauts de la foi vraiment compétents. Ils participeront activement a l'oeuvre oecuménique. Enfin, adhérant profondément a la doctrine sociale de l'Église, ils s'efforceront d'exercer une influence chrétienne dans leur entourage social et d'affermir le règne de la justice, de l'amour fraternel et de la paix sur la terre (n. 5).

La règle actuelle spécifie que les laïcs dominicains se caractérisent ... par l'engagement au service de Dieu et du prochain dans l'Église, et qu'ils participent a la mission apostolique de l'Ordre par la prière, l'étude et la prédication selon leur condition de laïcs (n. 4). Le paragraphe suivant reprend le titre de 1968 : Mission apostolique, pour affirmer que les laïcs donnent le témoignage de leur foi, qu'ils sont a l'écoute des nécessités de leur époque et qu'ils se mettent au service de la vérité. Ils sont attentifs aux principaux objectifs de l'apostolat contemporain dans le sein de l'Église et très spécialement préoccupés de l'authentique miséricorde envers toutes les formes de souffrance, dans la défense de la liberté, de la justice et de la paix. Ils savent, conclut la règle, que leur action apostolique doit découler de l'abondance de leur contemplation (n. 5-7).

Voila pour les textes législatifs de l'Ordre, qui sont par définition des textes sobres et brefs. Ils ont besoin d'être explicités d'une part par ce qu'a dit le Concile Vatican II et d'autre part par les Chapitres généraux et les lettres des Maîtres de l'Ordre.

b) La sanctification du monde

Je rappellerai d'abord quelques affirmations du Concile. Comme nous le disions déjà, le caractère séculier est le caractère propre et particulier des laïcs ... Leur vocation propre consiste a chercher le règne de Dieu précisément a travers la gérance des choses temporelles qu'ils ordonnent selon Dieu... Ils sont appelés par Dieu pour travailler comme du dedans a la sanctification du monde, a la façon d'un ferment, en exerçant leurs propres charges sous la conduite de l'esprit évangélique... C'est a eux qu'il revient d'une manière particulière, d'éclairer et d'orienter toutes les réalités temporelles auxquelles ils sont étroitement unis, afin qu'elles se fassent et prospèrent constamment selon le Christ (LG 31). Il ajoute : Les laïcs sont appelés tout spécialement a assurer la présence et l'action de l'Église dans les lieux et les circonstances ou elle ne peut devenir autrement que par eux le sel de la terre. Et il conclut : La voie doit donc leur être ouverte de toutes parts pour que, selon leurs forces et les nécessités des temps, ils puissent activement participer, eux aussi, a l'oeuvre du salut qui est celle de l'Église (33).

Que cela ne soit pas encore pleinement réalisé ressort de cette toute récente demande de Jean-Paul II "d'intégrer davantage les laïcs dans la pastorale" (aux évêques polonais en visite ad limina, 2 fév. 1998).

Ce que le Concile affirmait ainsi pour tous les laïcs s'applique a fortiori aux laïcs dominicains, comme le déclare le Chapitre d'Avila (n. 85). C'est plus spécifiquement par leur engagement dans les affaires du monde que les laïcs jouent leur rôle indispensable dans la mission de salut de l'Église (n. 83, d). Et de citer Paul VI, dans Evangelii nuntiandi, qui déclare: "Leur champ propre d'activité dans la tâche de l'évangélisation est le monde vaste et complexe de la politique et des affaires sociales, de l'économie et de la culture, de la science et des arts, de la vie internationale et des mass médias" (70).

L'accomplissement d'une telle mission requiert absolument la compétence, et par conséquent une formation tant dans les domaines profanes qu'en doctrine chrétienne. Cette compétence dans les domaines séculiers est indispensable pour assurer la crédibilité de la parole des frères, affirment deux Chapitres généraux. Voici ce que déclare celui de Tallaght, en 1971 : La mission doctrinale de l'Ordre des prêcheurs ne peut être pleinement exercée aujourd'hui sans la participation et l'aide active des laïcs qui étudient les problemes du monde actuel et les questions posées par la recherche scientifique contemporaine, et qui en même temps participent a l'esprit de notre Ordre (n. 173.1).

c) Le ministère de la parole

Ce rappel et ce recentrage sur la dimension séculière de l'apostolat des laïcs me paraissaient importants avant de parler de la note spécifique de notre Ordre : la prédication. Le texte de l'Instruction romaine parue en novembre dernier (1997) "sur quelques questions concernant la collaboration des fidèles laïcs au ministère des prêtres" a troublé certains esprits et provoqué une certaine confusion. L'équipe chargée de la préparation de notre présente rencontre se trouvait a Rome en novembre, lors de la publication de ce texte; nous avons exprimé nos craintes devant le Conseil généralice. Le Maître de l'Ordre et son conseil ont chargé notre groupe de travail francophone d'analyser ce document, avec l'aide du fr. Guido Vergauwen, assistant pour la vie intellectuelle, et de fournir un rapport. Nous nous mettrons au travail lors de la prochaine rencontre du groupe, du 22 au 24 mai. Mais il me semble que nos craintes étaient excessives. Regardons maintenant notre tradition et les orientations récentes reçues de la direction de l'Ordre.

Le Concile ouvre largement la voie au ministère de la parole pour les laïcs, lorsqu'il affirme leur participation a la fonction prophétique du Christ. Le Christ, grand prophète ...accomplit sa fonction prophétique... non seulement par la hiérarchie qui enseigne en son nom et avec son pouvoir, mais aussi par les laïcs dont il fait pour cela également des témoins en les pourvoyant du sens de la foi et de la grâce de la parole (cf. Ac 2.27-18; Ap. 19.10) afin que brille dans la vie quotidienne, familiale et sociale, la force de l'Évangile. Un peu plus loin, le texte continue : Les laïcs deviennent les hérauts puissants de la foi en ce qu'on espère... Cette action évangélisatrice... faite et par le témoignage de la vie et par la parole, prend un caractère spécifique et une particulière efficacité du fait qu'elle s'accomplit dans les conditions communes du siècle (LG 35).

Ailleurs, dans le Décret sur l'apostolat des laïcs, nous trouvons cette assertion très forte : Par son apostolat l'Église et tous ses membres doivent d'abord annoncer au monde le message du Christ par leurs paroles et leurs actes et lui communiquer sa grâce. Cela s'accomplit principalement par le ministère de la parole et des sacrements. Confié spécialement au clergé, il comporte pour les laïcs un rôle propre de grande importance, qui fait d'eux les "coopérateurs de la vérité" (3 Jn 8)... Cet apostolat ne consiste pas dans le seul témoignage de la vie; le véritable apôtre cherche les occasions d'annoncer le Christ par la parole... Et de conclure : C'est dans les coeurs de tous que doivent résonner ces paroles de l'Apôtre: "Malheur a moi si je n'évangélise pas" (1 Co 9.16) (AA 6).

Le ministère de la parole exercé par les laïcs dominicains a donc un fondement ecclésial solide. Les documents émanant de l'Ordre insistent sur cet aspect de notre apostolat. Le "document de Bologne", qui sert de base pour toute la Famille dominicaine, a des paroles très fortes a ce sujet : La mission particulière que nous recevons est la proclamation de la parole de Dieu... Prêcher sous des formes variées, en accord avec la tradition dominicaine, c'est la force créatrice indispensable au monde contemporain (n. 4.1). Il souligne la nécessité de la formation permanente pour que la prédication soit efficace. Et il apporte cette remarque assez inattendue ici : Dans un monde qui change rapidement, les dominicains écoutent et accueillent la parole de Dieu déjà présente dans les cultures de nos milieux de vie. Nous devons être a l'avant-garde en annonçant la bonne nouvelle libératrice aux différentes cultures (4.3 ).

Peu après, le Chapitre de Rome (1983) se félicite de la collaboration entre tous les groupes de la famille dominicaine dans les tâches d'évangélisation. Il exhorte les frères a poursuivre ou a commencer cette collaboration avec d'autres membres de la famille dominicaine, par exemple dans le ministère de la Parole, dans l'animation d'exercices spirituels... dans la catéchèse, les programmes de formation, la promotion des vocations, dans les activités de Justice et Paix (n. 279).

La règle de Montréal déclare qu'un dominicain doit être préparé a prêcher la Parole de Dieu... Cela implique spécialement la défense de la dignité humaine, de la vie et de la famille. Le souci de promouvoir l'unité des chrétiens, le dialogue avec les non-chrétiens et les non-croyants fait partie de la vocation dominicaine (n.12).

Le Chapitre d'Oakland (1989) rappelle que le charisme de la prédication s'étend a toute la famille dominicaine pour le bien de l'Église. La collaboration entre frères, soeurs et laïcs doit donc apparaître comme le signe de leur participation a ce même charisme (n.47).

La réflexion pourrait se poursuivre a travers les lettres et autres interventions des Maîtres de l'Ordre, en particulier des deux lettres du fr. Damian Byrne dont la lecture a servi de base a votre réflexion préparatoire. Il serait trop long de les citer encore. Vous aurez encore l'occasion de vous y référer dans vos travaux de ces prochains jours.

d) Un vrai ministère

Je voudrais seulement, pour introduire la réflexion de demain, rappeler ce qu'écrivait le fr. Damian dans sa lettre de novembre 1987. Nous sommes invités a réviser nos théologies traditionnelles du ministère... Le caractère très sacré des actes liturgiques et le lien très fort entre ministère sacerdotal et autorité dans l'Église nous ont accoutumés a un point de vue sacré et liturgique donnant la préférence a ces ministères. Dans cette forme, les fonctions et les ministères associés au culte occupent la première place dans notre système de valeurs théologiques, tandis que les ministères plus laïques sont relégués au second rang. Ceci doit changer. Nous souvenant du conseil de s. Paul aux Corinthiens, il est nécessaire de retrouver le critère communautaire pour valider et donner la préférence au charisme et au ministère. Le charisme et les ministères prennent plus d'importance dans la mesure ou ils bâtissent la communauté chrétienne... Ceci nous aide a accepter la signification profondément chrétienne des ministères exercés par les baptisés dans la recherche d'une société plus humaine, plus aimante, plus juste : promotion, assistance, défense des droits de l'homme etc. (2 c).

e) Deux faits importants

Avant de conclure, je voudrais mentionner deux faits importants qui accompagnent cette évolution du laïcat dominicain et de sa participation a la mission de l'Ordre et de l'Église :

- d'une part l'apparition de cette réalité de la Famille dominicaine, qui a pour conséquence un nouveau type de relations entre les différentes branches de l'Ordre, participant toutes, chacune a sa manière, a l'unique charisme et mission de l'Ordre qui est la prédication, sur la base de la spiritualité dominicaine : collaboration dans l'apostolat comme dans des projets de formation commune en vue d'une meilleure efficacité et d'une plus grande unité. Désormais, tout ce qui est dit de la Famille dominicaine dans les documents officiels concerne directement le laïcat.

- d'autre part l'émergence d'une nouvelle place de la femme dans la société et dans l'Église, ce qui représente une nouvelle manière d'aborder toutes les grandes questions, même théologiques, du monde d'aujourd'hui, en y apportant toute la richesse de perception et d'analyse moins purement rationnelle de la personnalité féminine.

Oser, pour être fidèles

Que nous apprend ce survol de la législation des Fraternités a travers les règles successives avant et après le Concile Vatican II ?

1. Chez les frères, le livre des Constitutions est en perpétuelle évolution : chaque Chapitre général y apporte des changements. Il me semble que les Fraternités laïques sont en train de suivre cet exemple. Il avait été demandé que la nouvelle règle ait le caractère d'une loi fondamentale, et que pour cela elle soit brève et simple, ne contenant que les normes plus générales, afin de mieux pouvoir s'adapter aux temps et aux lieux (Bologne 1961, n. 271). Cette souplesse, cette capacité d'adaptation sont requises pour un apostolat capable de répondre a des situations et des besoins toujours nouveaux. L'essentiel est la fidélité a l'esprit qui nous anime et a la mission qui nous est confiée.

2. L'Église s'est redéfinie a travers le Concile, et les laïcs y ont retrouvé leur vraie place et la reconnaissance de leur participation a sa mission. Ils ont été reconnus dans leur identité propre de laïcs; leur champ d'action a été défini : le monde a transformer selon l'esprit de l'Évangile. Ne pas suivre cette ligne de conduite serait une infidélité a notre vocation de laïcs et a ce qu'a voulu s. Dominique. Réjouissons- nous plutôt de cette évolution. Qu'elle soit pour nous source de dynamisme.

3. L'Église et l'Ordre reconnaissent une diversité de charismes suscités par l'Esprit. Chacun et chacune doit faire fructifier le sien pour le bien de la communauté, pour le bien de l'humanité. Il y a la une invitation a l'écoute : écoute du monde dans lequel nous vivons, pour en percevoir les appels et y discerner les signes que le Seigneur nous adresse; écoute de soi, pour reconnaître nos charismes propres et les mettre en oeuvre. Invitation aussi a nous réjouir de la diversité et de la pluralité des talents et des initiatives, qui sont une richesse.

4. Dans cette diversité, les ministères sont différents, "mais c'est le même Esprit", dit s. Paul. Ministres ordonnés et laïcs ont a travailler ensemble et a se former mutuellement. Si les laïcs doivent recevoir des frères ou des soeurs, une formation spirituelle, biblique et théologique, il leur appartient d'apporter aux théologiens leurs compétences profanes et leur connaissance du monde. Je crois qu'il y a à créer des lieux pour que ces échanges deviennent réalité.

5. Lorsqu'on est en route, les haltes permettent de regarder le chemin parcouru et de s'orienter pour continuer dans la bonne direction. Pour l'Église, le Concile a été une de ces haltes importantes. Il a esquissé un itinéraire a suivre, une mission a accomplir, et proposé des moyens pour y parvenir. L'Ordre a fait de même. Notre halte-rencontre de ces jours a le même objectif : ayant regardé le chemin parcouru, nous voulons tracer les grandes lignes de la route a parcourir et des objectifs a poursuivre, et cela a la lumière des documents qui nous ont été donnés par les responsables de l'Église et de l'Ordre pour nous orienter. Engageons-nous avec confiance et sans réticences.

6. L'Ordre est vivant; l'esprit de Dominique continue de toucher des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes, et a susciter de nouvelles manières de mettre en oeuvre son dynamisme profond. N'ayons pas peur des nouvelles formes de réalisation de l'idéal dominicain. "Il y a de multiples demeures dans la maison du Pere."

J'emprunte ma dernière parole a la lettre du fr. Damian sur "le ministère de la prédication": Saint Dominique n'avait aucun doute sur sa mission. Il se savait prêcheur. Nous devons remettre en valeur cette certitude de Dominique. Aujourd'hui nous devons nous voir nous-mêmes pas tant comme "Dominicains" que comme "Prêcheurs".

 

|
françaisenglish
site search by freefind

Parole et Vie

Prédication dominicaine hebdomadaire offerte par le frère François-Dominique Charles, o.p. de la Province de France sur le site de Spiritualité 2000.

Espace liturgique

Un commentaire écrit et audio pour chaque dimanche de l'année offert par nos frères dominicains de Belgique.

audio

Le Bulletin RESEAU est le bulletin de liaison de la Province Saint-Dominique du Canada. Il paraît quatre fois par année.

Lire le dernier numéro...

Collège universitaire dominicain d'Ottawa

Degrés universitaires en philosophie et en théologie.

Pour plus d'informations :

Visitez le site Internet

96 Empress Ave., Ottawa, Ontario, K1R 7G3

Tel.: (613) 233-5696 #330 Fax : (613) 233-6064

info@udominicaine.ca

L'Institut de pastorale est le département d'études pastorales, à Montréal, du Collège dominicain de théologie et de philosophie, fondé en 1900, dont le siège social est à Ottawa.

Adresse:

2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine,
Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

Courriel:

secretariat@ipastorale.ca

tel.: (514) 739-3223 #323 fax: (514) 739-1664

Dominican Institute of Toronto

372, Huron Street

Toronto (Ontario) Canada M5S 2G4

téléphone : (416) 595-5665

télécopie : (416) 596-1017

Visitez notre site web

Oratoire Saint Jude et du Rosaire

2715 Ch. de la Côte Ste-Catherine,
Montréal (Qc) Canada - H3T 1B6

Téléphone: (514) 845-0285
Télécopie: (514) 845-3974

Spiritualité 2000 est un webzine mensuel né de la volonté d'offrir sur la toile un site où il serait possible aux internautes de s'initier à la spiritualité chrétienne ou d'en approfondir leur connaissance.

Pour en savoir plus...

Provincialat

2715 ch. de la Côte-Sainte-Catherine,
Montréal (QC)
Canada H3T 1B6

téléphone : (514) 341-2244 télécopie : (514) 341-3233

Pour tout commentaire au sujet de notre site, veuillez écrire à l'adresse suivante:

Webmestre provincial

Contacts en Ontario et en Colombie Britannique

Toronto

Priory of St Thomas,
372 Huron Street,
Toronto (Ontario)
Canada M5S 2G4

téléphone: (416) 595-5665
télécopie: (416) 596-1017

Ottawa

Couvent Saint-Jean-Baptiste
96 Empress Avenue, Ottawa, ON, Canada
K1R 7G3

téléphone:(613) 232-7363 télécopie: (613) 236-3869

Vancouver

Community of Saint Mary 3396 Auftrey Av.
Vancouver (BC)
Canada V5R 4V9

téléphone: (604) 437-1852
télécopie: (604) 437-1852

St. Mary's Parish:
téléphone: (604) 435-9611

Notre mission

Nos Constitutions définissent notre mission de la manière suivante :

L’Ordre des Frères prêcheurs fondé par saint Dominique fut, on le sait, dès l’origine spécifiquement institué pour la prédication et le salut des âmes.

Notre mission est d’annoncer partout l’Évangile de Jésus-Christ par la parole et par l’exemple, en tenant compte de la situation des hommes, des temps et des lieux, et dont le but est de faire naître la foi, ou de lui permettre de pénétrer plus profondément la vie des hommes en vue de l’édification du Corps du Christ, que les sacrements de la foi amènent à sa perfection.

 

logo